8 Choses À Savoir Avant D’Acheter Des Prolongateurs


Les prolongateurs sont l’une des premières améliorations que j’ai apportées à mon vélo. Ils sont relativement bon marché et faciles à mettre en place. Rien qu’en regardant mon compteur, j’ai pu voir immédiatement que je roulais plus vite.  Cependant, c’était un défi de les régler, et après en être à mon troisième jeu, je vais partager les 8 choses que tu dois savoir avant d’en acheter.

Disclaimer: Les conseils de triathlon de My Tri World sont soutenus par les lecteurs. Lorsque tu achètes par le biais de liens, je peux recevoir une commission d’affiliation.

1. LES PROLONGATEURS TE RENDENT ~1MIN 40S PAR 40KM PLUS RAPIDE

L’avantage d’ajouter des prolongateurs sur ton vélo de route est de mettre le haut de ton corps dans une position plus aérodynamique. Tu crées moins de résistance et tu vas donc plus vite pour le même effort. Specialized a étudié la différence entre rouler avec des barres aérodynamiques et rouler en bas du guidon et a découvert que l’on gagnait 1min 40 sec sur une distance de 40 km !

Tu te demandes peut-être (comme moi) à quelle vitesse cette analyse a été faite. Plus tu roules vite, plus tu gagnes de secondes, n’est-ce pas ? En fait, la vitesse ne change pas vraiment le temps gagné. Ils ont expliqué pourquoi dans une autre de leurs vidéos de la série The Win Tunnel.

2. IL EXISTE DIFFÉRENTS TYPES DE PROLONGATEURS

Il existe de nombreuses options sur le marché, en fonction de tes préférences :

  • Prolongateurs courts ou longs : les triathlètes pros utilisent des prolongateurs courts (pas plus longs que le guidon) sur les épreuves de courte distance (draft légal). Dans la plupart des cas, les amateurs ne sont pas autorisés à les utiliser dans les courses avec drafting légal. Pour les courses sans drafting, ce sont les prolongateurs les plus longs qui sont utilisés.
  • Barres monoblocs ou barres séparées : tu trouveras sans doute des prolongateurs où les deux barres sont fixées ensemble. C’est évidemment plus simple à installer, mais malheureusement, tu es limité par les réglages que tu peux faire. Je préfère avoir les deux barres séparées.
  • La forme des barres : selon la position que tu veux tenir, les barres peuvent être courbées différemment, les plus populaires suivant une courbe en S ou en L. Le mieux serait d’essayer différentes formes avant d’en acheter une. Sauf si tu as déjà des amis faisant du triathlon, ce n’est cependant souvent pas possible.
  • Carbone ou aluminium : la différence est surtout au niveau du poids, et donc du prix 🙂
  • Le nombre de réglages possibles : certains prolongateurs offrent plus de possibilités de réglage que d’autres. Cela vaut la peine de vérifier si tu peux déplacer les accoudoirs. J’ai fini par acheter le Profile Design T4+ (photo ci-dessous), où l’accoudoir est indépendant de la fixation du guidon.

3. LES PROLONGATEURS SONT RELATIVEMENT BON MARCHÉ

Comparé à un ensemble de roues aérodynamiques, qui peut dépasser les 1000€, le prix des prolongateurs est relativement bas. Il y a beaucoup d’options disponibles, de 30€ à 200€ environ. Comme pour tout autre composant de vélo, tu paieras un prix plus élevé si tu cherches la version en carbone la plus légère.

Alors que tu n’as pas vraiment besoin d’un ensemble en carbone, tu dois absolument chercher des prolongateurs que tu peux régler dans à peu près toutes les directions. Cela rendra le processus d’ajustement beaucoup plus facile.

4. LES PROLONGATEURS NE SONT PAS DANGEREUX S’ILS SONT UTILISÉS CORRECTEMENT

Sache que ton temps de réaction sera plus lent pour le freinage. Tu n’as pas un accès direct à tes freins lorsque tu es sur les prolongateurs. Il y a quelques situations où tu dois absolument éviter de les utiliser :

  • sortie en groupe
  • descentes raides
  • trafic
  • routes cahoteuses
  • virages 

Une fois que tu as installé tes prolongateurs, tu dois absolument t’habituer à rouler avec eux sur des routes tranquilles. Au début, tu ne seras pas aussi stable qu’en étant sur les capots ou en bas du guidon. Essaie de déplacer une main du guidon vers les barres, puis de revenir au guidon.

C’est simplement une compétence que tu dois pratiquer, mais cela en vaut absolument la peine.

5. LES PROLONGATEURS SONT CONFORTABLES

En plus de me rendre plus rapide, je trouve que les barres aérodynamiques sont plus confortables, surtout sur les longues distances. Si tu ressens géneralement le besoin de changer ta position, les barres aero ajoutent une position vraiment différente dans le mélange. Le haut de mon corps se sent beaucoup plus détendu dans la position aero. Il faut bien sûr un peu de temps pour s’habituer à cette nouvelle position.

6. IL EST PLUS DIFFICLE DE CHANGER DE VITESSE ET DE FREINER AVEC DES PROLONGATEURS

La difficulté supplémentaire de changer de vitesse est, pour moi, le plus gros inconvénient de l’ajout de prolongateurs sur un vélo de route. Sur les vélos de triathlon, les leviers de vitesse sont situés à l’extrémité des barres, tu peux donc changer de vitesse tout en restant dans cette position aérodynamique.

L’ajout de prolongateurs sur un vélo de route ne modifie pas le placement des leviers de vitesse. Tu dois retirer une main du guidon pour y accéder.

Je vis dans une région montagneuse. Par conséquent, trouver des routes complètement plates est mission impossible 🙂 En théorie, je pourrais remplacer mon groupe mécanique par un groupe électronique et ajouter des manettes au bout des prolongateurs. Cependant, j’ai du mal à justifier ce prix élevé.

En ce qui concerne le freinage, assure-toi de n’utiliser les prolongateurs que lorsque c’est sûr (voir point 4), afin d’avoir suffisamment de temps pour réagir.

7. TROUVER LA BONNE POSITION PEUT ÊTRE DIFFICILE

Une fois que tu as ajouté tes prolongateurs sur ton guidon (astuce : mets du ruban électrique sur ton guidon pour le protéger), tu devras ajuster toute la configuration de ton vélo pour obtenir une position aérodynamique correcte. Déplacer ta selle vers le haut et l’avant t’aidera déjà à fixer une bonne partie de ta position.

Tu peux soit essayer tout seul à la maison si tu as un miroir, soit demander l’aide d’amis triathlètes, soit aller chez un professionnel (dans ce cas, contacte la personne avant même d’acheter les barres !)

J’ai essayé pendant quelques heures de le faire moi-même, et je n’ai pas réussi à trouver une position aérodynamique confortable. J’ai fini par faire une étude posturale, qui a corrigé ma position (consulte mon article : Ce que tu dois savoir avant de faire une étude posturale).

Le plus gros changement que nous avons fait concerne les prolongateurs. Le modèle que j’avais avant n’était pas assez réglable. J’ai fini par acheter le T4+ de Profile Design, où je pouvais déplacer l’accoudoir.

8. TU POURRAIS PASSER D’UNE POSITION DE TRIATHLON À UNE POSITION DE VÉLO DE ROUTE À LA VOLÉE.

Si tu es un triathlète qui souhaite ajouter des barres aérodynamiques tout en ayant la possibilité de passer d’une position route standard à une position tri, le système aérodynamique Redshift pourrait être une option :

Tu peux ajouter ou retirer les prolongateurs et modifier la position de ta selle en quelques secondes. Les barres aérodynamiques s’adaptent à la plupart des guidons, mais le système pour la selle ne fonctionne pas avec une tige de selle aérodynamique.

Comme tu peux le voir, il y a quelques éléments à prendre en compte avant d’acheter des prolongateurs. Le temps que tu consacres à la recherche maintenant sera très bénéfique pour tous tes prochains triathlons !

Articles Récents